Octobre Rose et cancer du sein : on vous dit tout !

La naissance de l'Octobre Rose 

En 2020, ce sont 2.2 millions de femmes qui ont été touchées par le cancer du sein. De façon plus général, 1 femme sur 8 risque de développer le cancer du sein au cours de sa vie. C’est également la première cause de mortalité par cancer chez la femme. Il ne faut cependant pas oublier que le cancer du sein ne touche pas seulement les femmes :  Effectivement, 1% des hommes sont également atteints. Pour toutes ces raisons, il est important de se faire dépister. En effet, un dépistage précoce augmente les chances de guérison. C’est dans ce but que l’association « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » a été créé en octobre 1994. Ainsi est né Octobre Rose, symbolisé par le ruban rose et destiné à mobiliser les femmes et leur entourage en les sensibilisant sur le cancer du sein. Cette campagne de sensibilisation ouvre le dialogue mais aussi l’accès à l’information. Durant ce mois, davantage de fonds sont également rassemblés pour aider les chercheurs. On peut alors profiter de ce mois d’octobre pour parler du cancer du sein autour de soi, mais également pour se renseigner et c’est ce qu’on va faire ensemble ! Tout d’abord, il est important d’effectuer un suivi gynécologique régulier pour toutes les femmes. Ensuite, plusieurs moyens de dépistage existent. En premier lieu, il y a le dépistage individuel qui se réalise en contact avec un professionnel. Il n’y a pas de cahier des charges, ni de contrôle de qualité retenu pour cet examen. Puis, un dépistage organisé est réalisé pour les femmes de 50 à 74 ans dont le risque d’avoir un cancer du sein est moyen, c’est-à-dire qu’aucun symptôme n’est apparent. À ce moment, il est préconisé de réaliser une mammographie tous les deux ans et un examen clinique peut venir compléter cette mammographie. 

La mammographie n’est pas le seul moyen de diagnostiquer un cancer du sein, il en existe d’autres :

  • Les palpations 
  • L’échographie 
  • La biopsie 
Ensuite, il existe une astuce pour se dépister soi-même. Cette technique est appelée l’auto palpation. Elle peut être réalisée dès 20 ans et se fait dans la première partie du cycle menstruel pour les femmes non ménopausées et pour les femmes ménopausées, elles doivent fixer une date précise. Il est conseillé de répéter l’auto palpation tous les mois et au moins tous les 3-4 mois. L’auto palpation se réalise en plusieurs étapes :
  • Se mettre debout face à un miroir torse nu
  • Examiner ses seins bras le long du corps puis bras levé au-dessus de la tête
L’auto palpation peut également être réalisée en position allongée et dans la douche :
  • Lever le bras au-dessus de la tête
  • Presser le sein et le mamelon avec le bras inverse pour vérifier qu’il n’y ait pas d’écoulement liquide, de fossettes ou de grosseurs anormales
Comme nous l’avons évoqué précédemment, plus le cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont élevées mais elles dépendent aussi du type de cancer. On recense aussi deux formes de cancer, la forme agressive ce qui signifie que le cancer évolue rapidement et la forme où le cancer se développe plus lentement. Ainsi un cancer du sein peut progresser pendant plusieurs mois ou quelques années. En ajout à cela, il est à savoir que certains facteurs modifient et augmentent le risque d’avoir le cancer du sein, nous pouvons citer par exemple la consommation d’alcool, le tabagisme, le surpoids ou encore le manque d’activité sportive. Il est également important de se renseigner sur ses antécédents familiaux. Par exemple, on peut se renseigner sur le nombre de femmes qui ont eu un cancer du sein dans notre famille. Par conséquent, si les prédispositions génétiques sont plus élevées, il est important d’avoir une surveillance médicale accrue.  Il y a également plusieurs symptômes qui permettent d'alerter de la présence d’un éventuel cancer du sein. Premièrement, certains symptômes sont des anomalies qui peuvent être anodines mais dont il est important de demander l’avis à un médecin. Parmi celles-ci, nous retrouvons :
  • La boule dans le sein 
  • Les ganglions dures au niveau de l’aisselle
  • Une modification de la peau, du mamelon ou de l’aréole
  • Un changement de la taille ou de la forme du sein
Deuxièmement, certains symptômes apparaissent plus tardivement :
  • Douleurs osseuses
  • Nausées
  • Variation du poids
  • Essoufflement, toux
  • Maux de tête, vision double
  • Faiblesse musculaire

Cependant, un débat a émergé dans le monde médical. Le dépistage peut induire des sur-diagnostics et des sur-traitements. Il faut alors prendre du recul sur les examens de dépistage que peut préconiser votre médecin et ne pas hésiter à voir un deuxième médecin afin d’avoir une seconde opinion. 

Aujourd’hui différents traitements permettent de vaincre le cancer du sein :

  • La chirurgie pour les petites tumeurs avec une tumorectomie qui est une ablation de la tumeur avec une partie du tissu du sein qui l’entoure ou pour les tumeurs plus volumineuses qui consiste dans ce cas à une ablation de la glande mammaire et des ganglions lymphatiques
  • La chimiothérapie pour diminuer la taille de la tumeur
  • La radiothérapie qui détruit les cellules cancéreuses à l’aide de radiation à haute fréquence
  • L’hormonothérapie qui consiste à priver la tumeur des hormones
Le choix du traitement dépend du type de tumeur et du stade d’évolution de la maladie au moment du dépistage.  Cependant, tous ces traitements ont des effets secondaires, le plus connu étant la chute des cheveux lorsqu’une chimiothérapie est faite. La fatigue, les nausées et les vomissements sont également des effets secondaires.  À la suite de ces traitements et notamment si une femme a subi des changements physiques au niveau de sa poitrine, une reconstruction mammaire peut être opérée. C’est une chirurgie réparatrice pour restaurer l’esthétique du sein. Elle se divise en plusieurs étapes et avant que le résultat ne soit satisfaisant, une année peut s’écouler.  Enfin, le processus de traitement et de guérison n’étant pas anodin, il faut bien s’entourer et avoir un soutien affectif afin d’atténuer les conséquences psychologiques. D’une part, ce soutien peut se trouver auprès des personnes qui sont proches de nous comme un membre de la famille ou encore un ami. D’autre part, ce soutien peut se trouver auprès de professionnels comme un psychologue et des groupes de parole sont également mis en place. Il est fondamental d’exprimer ses sentiments et de libérer le dialogue mais également de s’informer auprès d’un médecin et d’un cancérologue.  Pour ce qui est ensuite de l’aspect financier, une femme dont le niveau de risque est plus élevé que la moyenne, les examens de dépistage sont pris en charge à 100% et une assistance sociale peut aider à résoudre les difficultés financières.  Finalement, si vous souhaitez participer cette année à l’Octobre Rose, un défi a été lancé par la région PACA. Réaliser un maximum de kilomètres est le défi lancé. Vous pouvez relever le défi entre le 1er et le 31 octobre à pied, à vélo ou à la nage ! Vous pouvez vous inscrire sur le site www.octobreroseconnecte.fr
Nous utilisons des cookies pour mieux vous connaitre, vous offrir une meilleure expérience et vous proposer des publicités pertinentes.
Vous êtes abonné à notre newsletter !
Votre email est enregistré !